Inauguration de l’habitat participatif 4 vents – 20 juin 2018

Sources et crédits photos : Groupe des Chalets- Christophe PICCI. >> Voir Dossier de presse

L’inauguration de l’habitat participatif des 4 vents s’est déroulée le 20 Juin dernier en présence de :

  • Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole,
  • Marthe Marti, Adjointe du quartie Casselardit – Fontaine-Bayonne, Cartoucherie (secteur Rive Gauche),
  • Régis Godec, élu municipal, adjoint au maire de Toulouse, en charge des écoquartiers dans la précédente municipalité,
  • Julien Klotz, Conseiller Départemental
  • Leslie Gonzales, gérante de Seuil Architecture, architecte du bâtiment Abricoop
  • et de nombreux élus, partenaires et habitants.

Récit d’une préparation

C’est un moment important pour nous après 5 années de réunions, d’incertitudes, de rebondissements, de travaux qui n’en finissent pas…

Nous avons une crainte, cette inauguration doit être la nôtre, nous craignons d’être noyés sous le flot des discours officiels. Très vite, nous sommes rassurés (avec nos amis des autres immeubles) après la première rencontre avec Brigitte Delorme du service communication des Chalets. Nous avons carte blanche pour organiser cette fin d’après midi.

Véronique (de l’immeuble3) propose que l’on prenne en photo tous les habitants afin d’orner les baies vitrées du rdc, les chalets acceptent de financer cette dépense. Puis nous proposons d’organiser, pour les officiels, la visite d’Abricoop et des trois autres immeubles. Enfin pour le lunch ,nous proposons de faire travailler une association d’insertion du quartier, la mairie fournissant les boissons.

Le Jour J

Arrive le grand jour : premier point positif, il fait beau, à 18h tout est en place, sono, estrade pour les discours…Monsieur le maire arrive pile à l’heure, je suis chargé de faire visiter notre immeuble, secondé par Leslie notre architecte. Tout se passe bien sauf quand j’oublie que j’ai un micro en main ! Puis je passe le relai à Véronique pour la visite des autres immeubles des 4 vents

Nous avons ainsi pu faire visiter nos espaces communs mais aussi privatifs à cette belle délégation !

Message passé !

Et c’est le temps des discours : nous avons décidé de faire un discours à plusieurs voix : pour l’ensemble de l’îlot, c’est l’aspect « diversité humaine » des habitants qui est mis en avant, pour Abricoop, l’aspect plus « politique » des enjeux des coopératives d’habitants. Nous en profitons pour rappeler aux élus que l’habitat participatif et les coopératives d’habitants ont besoin de leur engagement pour se développer. Ainsi, cet événement a été pour nous l’occasion de rappeler à M. Le Maire l’importance du soutien des collectivités pour voir se développer des projets d’habitats participatifs et de coopératives d’habitants sur la métropole Toulousaine.

L’envergure de ce nouveau programme immobilier lui a valu d’être relayé dans les médias nationaux, notamment en novembre dernier dans un reportage de Zone Interdite, l’émission télévisée diffusée sur M6. Mais aussi tout récemment : le 4 juin dernier dans son JT de 13h, France 2 a présenté le programme et son principe d’accession participative. 

Notre discours inaugural

Au sein de cet îlot, un immeuble est un peu différent des trois autres, issu de plus de 10 ans de coopération. Nous avons sous les yeux la première coopérative d’habitants de Toulouse, et la première de France dans une ville-centre.
Associés de la Jeune Pousse, devenus coopérateurs d’Abricoop, nous avons tenu à prendre nous-mêmes toutes les grandes décisions, du choix du quartier à celui de nos équipes d’architectes en passant par nos accompagnatrices. Les habitants ont ainsi conservé la maîtrise d’ouvrage durant toute la conception.

Nous avons reçu le soutien de Toulouse Métropole à plusieurs reprises, que ce soit pour la proposition d’un foncier en écoquartier, la garantie financière de notre emprunt social ou encore la charte nous autorisant à financer seulement 10 places de stationnement pour 17 logements.
Sans le soutien financier de l’ADEME et de la Région pour aider un bâtiment particulièrement économe, mais aussi de la CARSAT et d’AG2R-la Mondiale pour le maintien à domicile des retraités dans les meilleures conditions, cet immeuble aurait eu bien du mal à voir le jour.
De même sans le partenariat sincère noué au fil du temps avec le Groupe des Chalets et le groupement de Seuil Architecture.
La Fondation de France et de nombreux donateurs ont encore apporté leurs petites pierres à l’édifice.

Mais l’enjeu n’est pas tant d’avoir concrétisé ce projet ambitieux. Cet immeuble n’est qu’une brique ! A quoi servirait-il de n’organiser une mixité pérenne, de revenus comme d’apports, qu’à l’échelle de 17 logements ? Quel sens y aurait-il à sortir des prix spéculatifs du foncier et de l’immobilier un immeuble seulement ?
En 10 ans, plus de 200 ménages sont passés par notre groupe, donnant une idée de l’engouement pour cette utopie concrète.
De nombreux Toulousains montrent leur enthousiasme pour sortir de l’alternative binaire entre location et propriété quand une troisième voie leur est proposée.

En coopérative comme en location ou en propriété, nous rencontrons une demande forte du grand public pour l’habitat participatif, et l’offre fait défaut. 200 visiteurs sont venus aux journées portes ouvertes de l’îlot Aux 4 Vents le
mois dernier. Plusieurs groupes se montent dans l’agglomération, mais rencontrent encore d’importantes difficultés.

Nous encourageons donc Toulouse Métropole :

  • à travers le PLUIH, à réserver sur toute nouvelle ZAC, mais aussi dans le diffus, des parcelles consacrées à des projets d’habitat durablement participatif et mixte socialement. Un engagement concret consisterait à réserver d’autres terrains sur la 2ème et la 3ème tranche de l’écoquartier Cartoucherie.
  • à ré-adhèrer au Réseau National des Collectivités pour l’Habitat Participatif et à y tenir toute sa place, notamment pour aider notre mouvement à obtenir de l’Etat les évolutions réglementaires et fiscales encore nécessaires.
  • à continuer à garantir financièrement les emprunts sociaux souscrits par les coopératives d’habitants.
  • à leur proposer des baux emphytéotiques afin d’en diminuer les coûts au profit de l’écologie et du social, en conservant la maîtrise du foncier.
  • à faciliter la concrétisation des projets portés par les groupes spontanément organisés.

Citoyens engagés pour une ville du bien-vivre ensemble, nous avons à cœur de coopérer avec les institutions pour que  notre réalisation soit le début d’un large mouvement, dans la métropole toulousaine et au-delà !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *