Journées d’accueil

Pour faire connaissance avec les Abricoopains et Abricoopines et vous familiariser avec le fonctionnement de notre coopérative d’habitant·es, vous pouvez nous rendre visite lors des journées d’accueil.

  • RV à 10h30 à 12h les dimanches
  • 28 novembre 2021
  • 30 janvier 2022
  • 27 mars 2022
  • 29 mai 2022

Pour bien vous accueillir, merci de confirmer votre participation en nous envoyant un mail ==> Contact

Retrouvez l’évènement sur Facebook

Si vous souhaitez être informé·es en cas de logement vacant, merci de le signaler ici.

Journée interprojets – Castanet Tolosans – 21 novembre

Nous serons présents à la journée interprojets à Castanet Tolosan le 21 novembre prochain.

Pourquoi à Castanet ?

Car la nouvelle municipalité citoyenne est très favorable à l’habitat participatif.

Elle a même certainement un tout petit terrain pour en créer un et peut-être un deuxième un peu plus grand pour un autre.

Qu’est ce qu’une rencontre interprojets ?

Les murs d’Abricoop : une membrane organique ?

La propriété privée est la base du capitalisme. Les murs de la propriété sont des murs bien solides et bien durs et ne tolèrent aucune extension au risque de s’effondrer. Ici c’est « chez moi » et ici c’est « chez toi ». La distinction règne. Et si on cherche à dépasser la limite de notre « propriété privée » les ennuis commencent !

Et les murs d’une coopérative d’habitants ?

Je n’avais pas imaginé qu’ils ressembleraient plus à une membrane organique qu’à des murs en dur.

J’en viens d’en faire l’expérience avec la venue de notre fils pendant la période de reconfinement.

Puisque obligé de télétravailler, il nous demande s’il peut venir se confiner chez nous. (A Paris il resterait bien isolé).  

Alors, oui bien sûr, mais l’appartement de 50 mètres carrés risque d’être un peu petit pour nous contenir tous les trois avec nos différentes activités pendant ce temps long. 

Cet appartement c’est « chez moi », ou plutôt « chez nous » à Patrick et moi. Mais il y a un autre « chez nous » plus extensible : les chambres d’amis ! Elle ne seront pas utilisées durant tout ce temps…Confinement oblige.

Voilà. Notre jeune adulte de fils peut s’installer le temps du reconfinement dans ce « chez nous » là. Il a sa part d’indépendance : clé individuelle de chambre d’amis. De plus, il profite de la générosité de Cécile, absente le temps du confinement, qui lui prête son appartement pour en faire son bureau ! Il vient nous voir pour partager nos repas et des moments conviviaux et a sa vie indépendante pour travailler et, quand il le souhaite, se retrouver seul ou profiter de la vie de la coopérative. La compagnie est de tous âges : de 1 à 83 ans…Le choix est grand.

En fait, c’est bien mieux qu’à « la maison », notre propriété individuelle qu’on a hésité à quitter « à cause des enfants » qui risquaient de venir nous voir de temps en temps. Le reste du temps tout cet espace était inhabité et replié sur lui-même avec comme unique compagnie deux parents vieillissants. Mais comment allait-on les accueillir dans nos 50 mètres carrés ? 

Imbus de la religion capitaliste, on ne pouvait pas imaginer l’effet de « matrice » d’une coopérative d’habitants : les murs  sont extensibles et remplis de « chez nous ».

Marie-Ange

Histoire des équitables pionniers de Rochdale

« Ce que nos ancêtres espéraient voir apparaitre, c'était le premier symptôme de l'émancipation matérielle du pauvre par le pauvre lui-même. »

Cet extrait de la conclusion de l’ouvrage dit l’ambition des fondateurs de la coopération. En 1844, au cœur d’une cité ouvrière de la périphérie de Manchester, quelques pionniers décident de reprendre leurs vies en main, ensemble et pour tous. Si la coopération avait connu jusque-là quelques préfigurateurs, ils n’avaient pas su trouver les moyens de dépasser le cadre de la sympathique petite alternative locale.

Mais les Equitables Pionniers ont su viser plus haut, en inventant une autre économie privilégiant non seulement la sortie de la misère, mais aussi l’éducation populaire, l’épargne, la sobriété (déjà !), la démocratie y compris pour les femmes, l’essaimage… le tout grâce à la croissance permanente des moyens financiers destinés à servir ces nobles causes. L’achat ou l’édification de logements décents pour les ouvriers tisserands et leurs familles figurait parmi les premiers objectifs de la coopérative de consommation créée initialement pour échapper aux griffes du commerce conventionnel.

Il ne s’agit clairement ni de communisme (Marx commence à peine à écrire) ni de libéralisme, la coopération montre ici toute sa puissance de tierce voie.

Ouvrage consultable ici : http://www.editionsducommun.org/histoire-des-equitables-pionniers-de-rochdale-george-jacob-holyoake/ et très agréable à lire !

 

Histoire des équitables pionniers de Rochdale

Portes Ouvertes Septembre 2020

Chaque année au mois de septembre le réseau Habitat Participatif France impulse les Journées Portes Ouvertes Européennes de l’Habitat participatif.

En cette année et rentrée un peu particulière, nous vous proposons quelques visites guidées de la Coopérative d’habitants Abri1coop à la demande.
Prioritairement le 13 septembre mais au delà, nous pourrons essayer de nous organiser.
N’hésitez pas à nous contacter !

Nous contacter

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Votre message

    ——————————–

    En septembre 2020 auront lieu pour la septième année, les Journées Portes Ouvertes Européennes de l’Habitat Participatif :

    • L’occasion pour beaucoup de personnes de se renseigner, de visiter des habitats existants.
    • L’occasion pour les groupes en émergence de trouver et rencontrer leurs futurs voisins.
    • L’occasion pour les habitants de valoriser leur habitat et de contribuer au développement de l’habitat participatif en restant dans une dynamique collaborative.
    • L’occasion pour tous de comprendre que « vivre autrement », c’est possible.

    Près de 100 évènements seront organisés sur tout le territoire national.

    Pressenza : Un nouveau modèle d’habitat participatif : rencontre avec la coopérative d’habitants toulousaine Abricoop

    Voir l’article sur le site de Pressenza International Press Agency

    Un nouveau modèle d’habitat participatif : rencontre avec la coopérative d’habitants toulousaine Abricoop

    27.07.2020 – Toulouse, France – Olivier Flumian

    Cet article est aussi disponible en: EspagnolItalien

    Un nouveau modèle d’habitat participatif : rencontre avec la coopérative d’habitants toulousaine Abricoop
    Pose de la pergola sur le toit de l’immeuble (Crédit image : Abricoop)

    Le modèle dominant actuel en ce qui concerne l’habitat se partage entre le statut de propriétaire et celui de locataire1. Il est de plus en plus difficile d’accéder à la propriété. Or, pour les locataires la part du loyer dans les dépenses du ménage ne cesse d’augmenter. De nouvelles formes d’habitat émergent depuis une quinzaine d’années alliant la recherche d’une nouvelle façon de vivre entre voisins, un nouveau type de rapport à son logement et une préoccupation sur l’impact environnemental de son habitat. On appelle cela l’habitat participatif. Il existe sous différentes formes dont celle des coopératives d’habitants.

    Pressenza Toulouse a interviewé les membres d’Abricoop, une coopérative d’habitants créée dans le nouveau quartier toulousain de la Cartoucherie, sur une ancienne friche industrielle.

    Une coopérative d’habitants, qu’est-ce que c’est ?

    C’est un modèle nouveau en France. C’est ce qu’on appelle la troisième voie du logement. Aujourd’hui dans notre pays, on est soit propriétaire soit locataire. Or, dans une coopérative d’habitant on est à la fois propriétaire et locataire : on est propriétaire collectivement de la coopérative et locataire individuellement de son logement. La coopérative est une entreprise dans laquelle chaque membre apporte au moins une part sociale. La coopérative a été chargée de faire un emprunt pour faire construire l’habitat. Les membres du groupe sont chacun usager de l’habitat en payant un loyer à la coopérative afin de rembourser les emprunts et les charges de fonctionnement. Il s’agit donc d’un modèle mixte entre la propriété et la location.

    Comment avez-vous financé votre projet ?

    Le financement a coûté 2,6 millions d’euros tout compris, soit : l’achat du terrain 500.000 euros, le bâti 1,8 millions, les charges notariales et frais annexes 300 000 euros. Pour financer cela on a eu 700.000 euros d’apport des futurs habitants/coopérateurs. S’y ajoutent 1,3 millions d’emprunts conventionnés avec le Crédit coopératif et 400.000 euros avec la Carsat. C’est un organisme de retraite qui nous a prêté pour faire les logements adaptés aux personnes âgées. Enfin s’ajoutent à cela 200 000 euros de subvention, étant lauréat de l’appel à projet « batiments économes » (aujourd’hui « NoWatt ») de la région Occitanie et de l’Ademe.
    Il y a 17 appartements habités par 23 adultes et une dizaine d’enfants. Les âges vont de 30 à 83 ans pour les adultes et de 0 à 12 ans pour les enfants.

    Combien de temps s’est-il écoulé entre le moment où est né le projet et le moment où le bâtiment a été construit ?

    Quand on a lancé l’idée on a constitué une association, « La Jeune pousse » en 2007 puis on s’est mis a rechercher un terrain. C’est en 2012, en discutant avec la Mairie, qu’un foncier a été libéré pour faire de l’habitat participatif sur le site de la Cartoucherie. Il a fallu cinq ans de plus pour monter le projet, trouver l’architecte, écrire le programme architectural et enfin construire le bâtiment. Il a donc fallu 10 ans en tout, dans notre cas, car on a perdu du temps au début dans la recherche du terrain. Si tout se passe bien il faut compter entre 3 ans et 5 ans, une fois qu’on a le terrain.

    C’est vous les futurs habitants/coopérateurs qui avez imaginé et conçu votre habitat. Est-ce que cela exige des compétences particulières ?

    Aucun d’entre nous n’était professionnel du bâtiment. Nous nous sommes auto-formés. La dimension éducation populaire est au cœur de la démarche des coopératives d’habitants pour permettre au groupe et à chacun d’acquérir des compétences. On s’est basé sur un référentiel « habitat et environnement » pour élaborer le projet architectural. Ensuite on a discuté pour savoir où placer les priorités : il fallait choisir par exemple entre le confort acoustique, le confort visuel, la qualité de l’air intérieur, le choix des matériaux, etc. On a dû faire des choix car on ne pouvait pas choisir tous les critères en termes optimaux pour des raisons budgétaires. Les deux grandes priorités ont été mises sur l’isolation thermique et sur l’isolation acoustique parce qu’on voulait un immeuble faible en charges de chauffage ou de maintenance tout au long de sa durée de vie et un immeuble calme étant donné les grandes différences d’âge entre les occupants.

    En terme de vivre ensemble cela vous a demandé une réflexion poussée pour élaborer des règles de vie communes ? Comment gérez-vous par exemple les conflits ?

    D’abord on a défini un certain nombre d’espaces partagés, ce qui n’existe pas dans les immeubles classiques. On a une salle commune pour se rencontrer, travailler ou faire la fête ensemble. Cela contribue beaucoup au vivre ensemble et aide à entretenir la confiance entre voisins.
    Pour les conflits on utilise des règles sociocratiques pour que les réunions se déroulent dans la bienveillance, comme la gestion par consentement ou des rôles différents assignés à chacun. On a aussi des « gardiens de la bienveillance » qui sont des personnes référentes qui tournent et qu’on peut solliciter s’il y a un conflit. Elles nous écoutent et si nous le souhaitons peuvent nous aider à régler les problèmes. Ces « gardiens » sont des membres de la coopérative élus pour un mandat limité dans le temps. Dans les cas extrêmes on peut faire appel à des intervenants extérieurs même si cela ne nous est encore jamais arrivé. Ce qui est important c’est d’identifier les tensions et d’anticiper une action avant l’éclatement du conflit.

    Comment la coopérative s’insère-t-elle dans le quartier environnant ?

    Le bâtiment d’Abricoop est entouré par trois immeubles construits par un bailleur et gérés en habitat participatif. Nous partageons avec ces autres immeubles des espaces communs ( différents de ceux propres à la coopérative ) et des moments conviviaux tels que des soirées jeux. Cela crée entre les habitants des quatre immeubles une dynamique qui donne envie de faire vivre le quartier. Chacun est libre bien-sûr de participer ou pas.

    Les coopératives d’habitant peuvent-elles être un modèle à reproduire ?

    La coopérative d’habitant est une des formes de l’habitat participatif. L’habitat participatif de manière générale permet de favoriser le vivre ensemble. C’est génial pour ça. Mais la coopérative d’habitant permet en plus plusieurs choses. D’abord c’est que le fait qu’on soit beaucoup plus en autogestion sur la conception, le fonctionnement, etc nous responsabilise et les thématiques de gouvernance partagée, de démocratie, d’éducation populaire, le fait de se former ensemble va beaucoup plus loin que dans l’habitat participatif classique. Ensuite et surtout le modèle de la coopérative interdit la spéculation immobilière et autorise une vraie mixité sociale qu’on ne retrouve pas toujours ailleurs dans le participatif. Ainsi il y a une vraie solidarité entre nous sur les loyers parce que comme nous sommes à la fois propriétaire et locataire nous pouvons adapter les loyers non seulement en fonction de la taille du logement mais aussi en fonction des revenues et de la composition familiale des foyers. On a financé 12 appartements sur 17 avec un prêt locatif social (PLS) qui est un prêt conventionné, c’est à dire accordé à un taux intéressant, avec comme contrepartie l’obligation d’y mettre des ménages avec un revenu correspondant à ceux du logement social. Les personnes concernées doivent quant à elles évidemment se retrouver dans les valeurs et la démarche du projet Abricoop. Je pense donc que les coopératives d’habitants peuvent devenir un modèle inspirant pour répondre aux défis démocratiques, écologiques et sociaux.

    Préparation de Noël dans la salle commune

    1- En France métropolitaine, 58 % des ménages sont propriétaires de leur logement et 36 % sont locataires.